CDAD de la Somme - 03 22 45 03 51

Logos CDAD et Ministère de la Justice

Tout savoir sur vos droits

Les permanences et les consultations sont gratuites
Les permanences

Amiens - Abbeville - Corbie - Doullens - Ham - Longueau - Montdidier - Péronne - Roye

Les points d'accès

Amiens - Abbeville - Péronne

Les consultations

Avocats - Huissiers - Notaires

Colloque  19 mars 2019

« La lutte contre l’absentéisme scolaire : agir ensemble dans l’intérêt de l’enfant »

 170 professionnels de tout milieu (Educateur, Assistantes sociales, CPE, Chargé de mission, chefs d’établissements scolaires….) sont venus participer au colloque organisé par le Conseil Départemental d’Accès au Droit (CDAD) en partenariat avec le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de la Somme (CIDFF80) sur la thématique de la lutte contre l’absentéisme scolaire.

Après de brèves présentations, du CDAD et du CIDFF80, Mme BERRICHI a défini le cadre et les objectifs de cette demi-journée de sensibilisation et d’information afin de lutter ensemble contre l’absentéisme scolaire face aux 300 000 jeunes chaque année concernés par ce phénomène. L’objectif étant de préciser les rôles des diverses institutions présentes aujourd’hui ainsi que leurs interactions complémentaires face à l’absentéisme scolaire.

C’est dans ce contexte que Mme GOYET, conseillère technique à l’éducation nationale a expliqué les dispositifs mis en place au sein de l’éducation nationale pour prévenir et lutter contre l’absentéisme scolaire. Tout d’abord, un rappel a été réalisé sur la définition même de l’absentéisme scolaire avec l’article L131-8 du code de l’éducation ainsi que le déploiement des actions de l’éducation nationale pour veiller au respect de l’obligation de scolarité dans l’intérêt de l’enfant : règlement intérieur, pro-note, information des parents, mobilisation de la communauté éducative, 1er avertissement, second avertissement, étude en commission départementale….

Pour l’année 2017-2018, on a recensé 1321 demandes émanant des chefs d’établissements, 772 ont engendré un premier avertissement, 107 un second avertissement et 88 sont passées en commission départementale de lutte contre le décrochage scolaire.

Mme DUPONT, substitut du Procureur de la République a présenté par la suite le rôle du parquet des mineurs dans l’absentéisme scolaire : protection de l’enfance avec notamment les signalements, son rôle pénal avec la poursuite des auteurs des infractions pénales et enfin son rôle dans la commission de lutte contre l’absentéisme scolaire. Celle-ci se réunit 2 à 5 fois par an composée de l’éducation nationale, du corps médical, des chefs d’établissements, du conseil départemental avec l’Aide Sociale à l’Enfance ainsi que la Protection Judiciaire de la Jeunesse. Mme DUPONT a rappelé également le délit de soustraction des parents à leurs obligations parentales, selon l’article 227-17 du code pénal qui peut justement aboutir à la mise en place d’un stage de responsabilisation parentale.

M. FIRMIN, éducateur à l’ASEDJA est alors intervenu pour présenter plus précisément ce dispositif et comment se déroule en pratique les stages. Tout débute par des entretiens individuels avec les parents pour échanger avec eux sur leurs obligations et leurs rapports envers leur enfant, leur faire comprendre les enjeux de la continuité de la scolarité dans l’intérêt de leur enfant. Ce processus est bien entendu validé par le substitut du procureur de la république. Ces stages permettent aux parents de parler de leurs difficultés, de chercher ensemble des solutions sans culpabilisation des parties.

Mme BERRICHI a pris ensuite le relais pour expliquer le rôle du juge des enfants avec l’action éducative et la mise en place des mesures d’assistance éducatives. Dans ce cadre, le juge des enfants est amené à intervenir face à l’absentéisme scolaire en cas de défaillance des parents et toujours dans l’intérêt de protéger l’enfant. Le placement chez un tiers ou après de l’Aide Sociale à l’Enfance reste, en effet, le dernier recours. Le juge peut également ordonner des mesures d’expertise et d’investigation comme la mesure AEMO pour permettre d’obtenir des éléments complémentaires sur une situation familiale.

M. VERGNE , éducateur d’AEMO à l’association Yves Lefevre est venu ainsi préciser ses missions et le cadre de son intervention auprès des familles tout en indiquant la nécessité d’agir ensemble toute institution confondue pour lutter contre l’absentéisme scolaire.

M. DAROUX , pédopsychiatre au Centre Hospitalier Universitaire d’Amiens a donné, lors de son intervention, de nombreux éclaircissements sur la notion de phobie scolaire, sur les conséquences psychologiques sur les mineurs, les causes éventuelles de cette pathologie ainsi que les symptômes de cette dernière. Il a d’ailleurs rappelé l’importance du dépistage le plus tôt possible.

M. ROSSIGNOL, inspecteur en charge de l’orientation à l’éducation nationale est venu présenter les différentes actions mises en place au sein de son service pour les mineurs de plus de 16 ans en situation de décrochage scolaire : des actions de préventions avec des entretiens de situations effectués avec les jeunes au sein des centres d’informations et d’orientation (CIO), des actions d’analyse des bases de données afin d’identifier les jeunes déscolarisés et leur proposer ainsi une accompagnement personnalisé. En 2018, 2658 jeunes ont été vus lors des entretiens réalisés par les CIO. Plusieurs acteurs se mobilisent et ce n’est qu’ensemble que nous pourrons agir contre l’absentéisme scolaire.

IMGP5258
IMGP5265
IMGP5248